Education et Santé
pour les enfants du monde

La newsletter de octobre 2020 est disponible.

Le Mexique est en phase de confinement. Les écoles sont fermées. Le Covid-19 se rapproche de Oaxaca et met particulièrement en danger le bidonville de Vicente Guerrero, au pied de la décharge, là où le Don du Chœur finance l’agrandissement d’une école de musique.

Dans ce contexte, la directive « Rester à la Maison » est nécessaire pour éviter la propagation du virus mais difficile à respecter pour beaucoup de gens qui vivent au jour le jour et doivent sortir pour nourrir leur famille.

Avec votre soutien, nous souhaitons aider et protéger les familles les plus nécessiteuses de notre école en leur achetant du matériel sanitaire, de la nourriture et de l’eau potable… et éventuellement des crédits téléphoniques pour des cours de musique en ligne. Autant de choses qui sont devenues inaccessibles !

Passez vos commandes de masques brodés (CHF 10.- l’unité, frais de port en sus) sur info@don-du-choeur.ch et participez à cette grande chaine de solidarité entre Genève et Oaxaca !

*Le modèle du masque sera respecté en fonction du stock disponible.

 

Que se passe t- il au Cambodge ? Comment vont les 600 jeunes de Ta Pen ?  Nous répondons aux questions que vous nous posez. 

Situation au Cambodge

La propagation fulgurante du Covid-19 nous impacte tous et n’épargne pas le Cambodge qui a fermé ses frontières. Même si le nombre de cas identifiés de COVID-19 est, selon le gouvernement, encore très réduit (122 cas le 16 avril dont 30 touristes français ayant voyagé dans les environs de Ta Pen !), le brassage de population doit être résolument freiné. Les écoles sont fermées depuis le 16 mars. Les festivités du Nouvel An Khmer ont été annulées par le Gouvernement et les déplacements restreints au niveau des provinces.

Impact sur l’école de Ta Pen

Tous les enfants ont arrêté leurs études et sont retournés travailler dans les champs pour aider leurs parents. Jusqu’à quand ? … Avant la fermeture de l’école de Ta Pen, les élèves du primaire et du collège ont reçu par notre partenaire Bandos Komar une formation spécifique sur le Covid-19 et sur les mesures à adopter pour se protéger et éviter la propagation du virus.

Pour le moment, tous nos collègues, amis et élèves cambodgiens sont en bonne santé. Vous êtes nombreux à nous demander de leurs nouvelles et ils sont bien sûr très touchés par votre solidarité. Les employés et professeurs de l’école sont normalement rétribués. Nous réétudierons début mai la politique salariale du Don du Chœur en fonction de l’actualité.

Impact sur les élèves « postgrades »

Nos élèves qui poursuivent leurs études secondaires à Bakong pour obtenir le Baccalauréat, et ceux qui suivent une formation professionnelle à Siem Reap sont désormais rentrés chez leurs parents à Ta Pen après avoir réussi leur premier semestre ! Nous les félicitons tous.

Pendant cette période, nous suspendons notre participation financière à leur soutien scolaire mais conservons leurs logements en ville pour qu’ils puissent reprendre leurs études dès la réouverture des écoles.

Impact sur les familles

Comme vous le savez, le niveau de vie des familles rurales de Ta Pen reste encore trop bas, bien qu’il ait augmenté significativement ces dernières années, en partie grâce à la présence de l’école. Les ventes de produits agricoles (en particulier les mangues, très cultivées à Ta Pen) souffrent terriblement de la fermeture des hôtels et restaurants. Le marché du tourisme est à l’arrêt. Si cette crise se prolonge, Ta Pen risque de retomber dans une économie de survie.

Dans ce contexte difficile, nous souhaitons rester proches des familles les plus vulnérables. Nous leur distribuons des légumes du potager de l’école en complément du riz offert par l’Etat et nous les indemniserons en cas de besoin d’hospitalisation de leurs enfants.

L’école de Ta Pen joue son rôle de port d’attache pour les familles en difficulté et assure une gestion prudente pour préparer le redémarrage… Dans combien de temps ?

Certains d’entre vous ont déjà sans doute appris la triste nouvelle. Nic Sommer nous a quittés jeudi dernier, 12 mars, après cinq semaines d’hospitalisation.

Nic, né dans une famille de musiciens, voulait être pianiste. Il a finalement été journaliste, une des grandes figures du service communication du CICR. Il a parcouru la terre dans les situations les plus difficiles. Chacun de ses récits ou de ses écrits était plein de finesse, de rigueur, bien documenté et souvent illustré de photos archivées au CICR par son ami Chamrong LO.

Ami de longue date de Pamela Walsh OBE, fondatrice de notre association, et de Chamrong LO, fondateur de notre école au Cambodge, Nic a toujours été proche du Don du Choeur. En 2009, il devient un supporter très engagé et nous apporte pendant dix ans son expertise de journaliste pour la rédaction des newsletters et du site Don du Choeur, donnant de nombreux conseils avisés avec modestie et élégance, mais aussi avec humour et générosité sans limite. En septembre dernier, Il passe le flambeau en toute confiance à son amie Lesley Sherwood.

Aujourd’hui nous perdons un ami, un conseiller, un référent dans le domaine humanitaire qui a donné une valeur toute particulière à notre association.

En pensées avec Nic et sa famille,

Isabelle Chatel

et tous ses amis du Don du Choeur

La newsletter de février 2020 est disponible.